Lutte Active contre la cybercriminalité, palmarès et actualités

Authec Digital - cybercriminalité
  • Thierry Durand
  • Authec Digital
  • Pas de commentaire

La cybercriminalité est en plein boom ! En effet, les cyberattaques se font de plus en plus nombreuses… Authec Digital vous en dit plus.

Palmarès des meilleures cyberattaques

Si vous pensiez être parano vis-à-vis de la sécurité sur votre poste de travail, voici le palmarès des meilleures attaques informatiques…

  • Wanna Cry, en 4 jours, plus de 150 pays touchés et quelques 200 000 ordinateurs… Son principe un process en 2 temps, une faille de Windows exploitée pour la propagation, et un crypteur téléchargé après…
  • NotPetya un ver se propageant sur le web et cryptant tout sur son passage, en fait une prise de contrôle d’un serveur de mise à jour d’un logiciel ! Coût des dégâts : 10 milliards de dollars
  • Stuxnet, une propagation par clé USB donc plus besoin d’internet pour neutraliser les entreprises spécialisées utilisant des logiciels de Siemens…
  • DarkHotel, qui a infecté des réseaux dans certains hôtels de luxe, comment ? Rassurés, les clients téléchargeaient une mise à jour légitime pensant être protégés par l’infrastructure luxueuse du Palace. Un Trojan avait été incubé 6 mois avant la première connexion au serveur criminel, utilisant une vulnérabilité d’Adobe Flash.
  • Mirai avait infecté des objets connectés quasiment sans antivirus car leur sécurité n’avait jamais été remis en question. Puis en octobre 2016, ce logiciel malveillant a infecté des ordinateurs sous linux qui permettait de les contrôler à distance, ce « Botnet » paralysant ainsi les sites de Paypal Twitter Netflix Spotify Playstation…
  • Iloveyou le premier grand classique des années 2000, pièce jointe, une lettre d’amour pour vous et bing ce n’est pas le coup de foudre dans l’ordinateur !
  • Locky crypte et bloque les sauvegardes internes très simplement par mail en vous demandant d’ouvrir une facture avec Microsoft Word…Demande de rançon garantie.

Quelques information supplémentaires sur la cybercriminalité

On prévoit que 25 % des attaques passeront par les objets connectés.

Cybercriminalité et villes

Depuis le début de l’année, plus de 20 municipalités américaines ont dû faire face à cette question. Le mois dernier, le rançongiciel RobinHood a paralysé le système informatique de Greenville. L’an dernier, Atlanta et San Antonio ont fait partie des plus grandes villes américaines ayant été visées par des pirates.

1 mois après la cyberattaque dont elle a été victime fin mai, la Ville de Baltimore était encore lourdement paralysée. 10 000 ordinateurs infectés…

De San Antonio à Atlanta en passant par Greenville, en Caroline du Nord, les villes américaines sont de plus en plus souvent visées par des pirates informatiques. Et si la plupart d’entre elles refusent de verser des rançons pouvant atteindre plus de 100 000 $, la cybercriminalité peut finir par leur coûter des millions.

Baltimore

Le dernier cas en date est celui de Baltimore. Le 7 mai dernier, des pirates anonymes ont pris en otage ses données à l’aide du rançongiciel RobinHood. Ils ont réclamé en vain 13 bitcoins, soit environ 130 000 $, pour déverrouiller les fichiers informatiques de la municipalité de 600 000 habitants.

Vingt-deux jours plus tard, la Ville a annoncé le coût de cette cyberattaque : au moins 18,2 millions. La somme n’inclut pas seulement les revenus perdus ou reportés, mais également le coût de la reconstruction du système informatique, qui prendra des mois.

Baltimore n’aurait-elle pas pu économiser énormément de temps et d’argent en acceptant de verser la rançon demandée par les pirates ?

Atlanta

À Atlanta, les pirates avaient réclamé l’équivalent de 50 000 $ pour déverrouiller les fichiers informatiques de la Ville. Les élus locaux ont préféré débourser 17 millions pour reconstruire leur système.

Il y a bien des cas où des gens ou des entreprises ont payé les pirates, mais ils l’ont fait très discrètement. Mais, une ville ne pourrait verser une rançon en cachette.

De plus payer serait une erreur. Cela enverrait un mauvais message à l’économie des pirates. Que se passerait-il s’ils revenaient en disant : « Maintenant, nous voulons 1 million. » Payer n’est pas la bonne approche !

Passez une excellente journée !

Auteur Thierry Durand

Laisser un commentaire